Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Pokémon Noir Nuzlocke aventure

Jouer à Pokémon, c'est cool. Mais quand on est grand, on a parfois un peu de mal à s'immerger dans cet univers, parfois un peu enfantin... Je vous propose de découvrir la version noire, en même temps que moi, en nuzlocke challenge (un K.O équivaut à une mort et je ne peux capturer que le premier pokémon rencontré par zone), sous la forme d'un récit à la première personne que j'écris au fur et à mesure de l'aventure. Parce que pokémon, c'est aussi pour les grands, et parce qu'un peu de roleplay fait du bien dans ce monde de brutes.

JOUR 8 : Aventures dans la vallée de Parsemille

Publié par Cyan Malherbe

JOUR 8 : Aventures dans la vallée de Parsemille

Je fut réveillé par de nombreux bruits de voix et de pas passant près de ma tente. Je me demandais bien ce que pouvaient faire tous ces gens à la sortie de la grotte. Je sortis de ma tente, ébloui par le soleil et regardai mes alentours pour tenter de comprendre ce qu’il se passait. La présence d’autant de monde n’avait rien d’anormal. J’étais en pleine ville. J’avais planté ma tente en plein milieu d’une rue. Je maugréais. Mais quelle idée de mettre la sortie d’une grotte au pied d’une ville ! J’étais bien arrivé à Parsemille. Je ne l’avais pas remarqué à cause de la nuit noire, ou simplement de la fatigue. Je pliai bagage rapidement en tentant d’ignorer les regards interrogateurs des passants.

-Hum, excusez moi ?

-Oui, qu’y-a-t-il ? répondis-je avec humeur. Je n’étais pas du matin, et le réveil mouvementé que j’avais subis n’avait pas arrangé les choses…

-heu… Je me présente, Spruce Keteleeria, comme vous l’avez compris, je suis le père du professeur Keteleeria. Et voici Carolina, c’est la championne de cette ville, et une aviatrice de talent !

Bonjour ! Me fit en souriant une jeune fille rousse, très mignonne, en minishort et bottes montantes, ainsi qu’une combinaison d’aviateur moulante mettant en valeur ses formes généreuses. Cela devait être à cause du matin, mais je sentais passer dans mon esprit des pensées plutôt lubriques que je m’empressai de chasser. Elle dégageait une impression de liberté, de joie de vivre et de légèreté qui ne pu me laisser indifférent. Elle était l’exact opposé de ce bon vieux gros Bardane. Je lui bredouillai une vague réponse en guise de salutation, encore pas très réveillé.

S’en suivi un bref entretien avec le professeur Spruce, qui me proposa d’améliorer mon pokédex, permettant de reconnaitre les différentes formes d’un même pokémon. Je doute que cela me sois utile, mais c’est toujours sympathique. Cette homme à l’air d’être un vrai baroudeur, et Carolina semble être sa pilote attitrée. Il me parla de régions lointaines, telles que Sinnoh, ou Kanto… J’aimerais bien y aller, un jour. Je me mis à l’envier, lui, voyageant seul avec Carolina, dans son avion privé, parcourant le monde et les régions lointaines et inconnues… J’aimerais vraiment être suffisamment proche d’elle pour pouvoir lui demander de m’emmener loin… Mais d’abord, il me reste plein de choses à voir ici !

Carolina me prévenu qu’elle n’était pas à l’arène en ce moment, elle allait à la tour des cieux, au bout de la route 7. Elle me proposait donc d’aller la rejoindre là bas. J’acceptai sans hésiter, je voulais m’y rendre de toute façons. La tour des cieux est le lieu de recueillement pour tous les pokémons morts. Je voulais absolument rendre hommage à tous mes compagnons perdus, Iris, Apy, Berlioz, et bien sûr Chuck… et la route 7 était réputée pour abriter de nombreux pokémons sauvages puissants, qui seraient parfaits pour entraîner mes pokémons avant de combattre Carolina et son arène.

Le trajet fut prolifique, car mes trois pokémons favoris, ma trinité Attaque/vitesse/défense comme j’aime les appeler, à savoir Marchessot, Amoah et Hebi ont tous trois évolués sur cette route, sans doutes endurcis par leur expérience dans la grotte. Marchy évoluant en un puissant Darumacho, dont la puissance dans les bras ferait pâlir les meilleurs pokémons combat, Hebi en un immense Majaspic, et Amoah en un Déflaisan majestueux, arborant un masque coloré, symbole du sexe mâle de cette espèce. J’avais une confiance absolue en mes pokémons, maintenant à l’apogée de leur puissance. J’atteins la tour des cieux peu après. J’avais pris pour habitude de laisser mes pokémons marcher avec moi hors de leurs pokéballs depuis l’épisode de la grotte, lorsque je n’étais pas en ville. Enfin du moins pour mes trois pokémons principaux, Carlo mon miamiasme sentant trop mauvais pour rester à mes côté tous le temps, et Albatror mon couaneton et Katrin mon venipatte pas suffisamment entraînés pour que je les expose aux dangers de la route 7.

Mes diverses discussions avec N m’avaient tous de même fait réfléchir, et je tenais à les laisser à l’extérieur dans la mesure du possible. De plus, être accompagné de trois pokémons à leur stade maximum d’évolution dissuadait la plupart des dresseurs que j’étais amené à croiser et m’épargnais bien des ennuis. Et puis avec les ninjas de la grotte pouvant me tomber dessus à chaque instant, je préférait avoir une garde rapprochée efficace. J’entrais donc dans la tour des cieux, ou je pris un temps pour me recueillir et faire bruler de l’encens devant l’autel à la mémoire de mes pokémons disparus. Durant cet instant, nous assistâmes à un spectacle étonnant. Un funécire nous regardait fixement , et s’avéra nous suivre lors de notre progression dans la tour, sans jamais nous quitter du regard. J’aurais dû trouver cela dérangeant, mais étrangement, je trouvais ça présence réconfortante, et pour des raisons que j’ignore, Hebi, Marchy et Amoah semblait lui accorder une attention et une affection toute particulière… Je fus pris d’un affreux doute. Et si… Non, ce n’était pas possible…

On dit que quand un pokémon meurt, il se réincarne en un pokémon spectre, mais même si cela était vrai, ils ne gardaient certainement pas leur souvenir, même si quelques cas rarissimes auraient eu lieux, selon de vieux mythes… L’esprit d’un pokémon pourrait transcender son corps et conserver certains de ses souvenirs après la mort dans le cas d’une mort particulièrement violente…. Ainsi une maman ossatueur, tué par une organisation criminelle aurait outrepassée la mort et sa forme spectrale pour continuer à défendre son enfant. On raconte également que les toutafeh, prétendus être la réincarnation sous forme de pokémon d’être humains, (ce que montrerait d’ailleurs l’intensité du lien existant entre eux) garderaient certains souvenirs de leur anciennes vies… Je ne pense pas qu’ils gardent des souvenirs, personnellement… Peut être plus des sensations, des images émotionnellement fortes qui se seraient gravées dans leur âme pour les suivre au delà de la disparition de leur corps… Si c’était le cas… Alors ce funécire pourrait être…

Je secouais la tête. Non. Chuck était mort. Mais il aurait pu se réincarner en ce funécire, bien qu’étant un autre pokémon, il a peut-être encore des sentiments qui le rattache à nous. Ce n’était que pure spéculation bien entendu, et je n’avait aucun moyen de le prouver. Cependant, je ne pouvais l’ignorer. Je tentai de le capturer, et comme je le présageais, il se laissa attraper sans résistance. De sexe féminin, je la baptisai Olympe, et j’aime me laisser penser qu’en elle réside le souvenir de Chuck, même si ce n’est sans doutes que superstitions…

C’est en ayant ce genre de considération que je gravissais l’interminable escalier circulaire de la tour des cieux permettant d’accéder au sommet, où j’avais rendez-vous avec Carolina. Je fini par pousser la frapper permettant d’accéder au toit, sur lequel se trouvait effectivement Carolina, qui se tenait debout au pied de la trappe, comme pouvait en attester la magnifique vue en contre plongée qu’elle m’offrait, les poings sur les hanches. Elle avait du m’entendre monter. Je me surpris à trouver malgré moi dommage qu’elle ne porte pas de jupe à ce moment là. Elle me tendit la main pour m’aider à me hisser et me montrer la grande cloche antique fixée sur le toit.

J’ai déjà soigné le pokémon blessé que j’avait vu sur la tour, merci quand même d’être venu, me dit-elle avec un grand sourire. Tu vois la cloche ici ? Sonne là si tu veux, elle a un son magnifique. Tout le monde à oublié depuis quand elle est là tellement elle est ancienne. On raconte que les anciens la sonnait pour remercier les morts. Ils croyaient alors que les morts veillaient sur les vivants et apportaient du réconfort aux vivants. C’est une belle croyance tu ne trouves pas ?

Je me retournais vers elle. Le vent soufflait fort à cette altitude. Les cheveux dans le vent et le visage radieux, elle était magnifique. J’acquiesçai et je m’avançai solennellement vers la cloche. En pensant à tous mes compagnons perdus, je la fis sonner lentement. Le son puissant et grave de la cloche me traversa et sembla toucher jusqu’à mon âme, me laissant un profond sentiment de bien être. Carolina n’avait pas menti, je n’avais jamais rien entendu de pareil.

Je ne me lasserais jamais du son de cette cloche, me confia-t-elle. Puis elle sorti une pokéball pour en laisser sortir un magnifique Lakmécygne.

je t’attends à l’arène, dresseur. Je compte sur toi pour ne pas me décevoir ! Me lança-t-elle avant de prendre son envol.

Attends ! lui criais-je, avant de libérer Amoah et de sauter sur son dos avant de m’envoler à sa poursuite. Amoah fila à pleine vitesse, le vent fouettant mon visage. Amusée, Carolina changea de direction en effectuant une magnifique figure et revint à mon niveau.

Hé bien, je dois avouer que peu nombreux sont les dresseurs à faire confiance à ce point en leur pokémons pour s’élancer dans le vide comme ça, surtout à pareille hauteur… La plupart d’entre eux sont d’ailleurs sujets au vertige…

Haha… répondis-je embarrassé. En effet, je venais de réaliser que c’était la première fois que j’essayais la capacité vol, et, prenant compte de l’altitude à laquelle je m’étais lancé, que cela aurait pu très mal finir si Amoah n’étais pas aussi à l’aise, ou si j’avais réfléchi quelques secondes avant de m’élancer… Enfin, je volais, et cette sensation était merveilleuse. Encore une fois j’enviais Carolina et ses grands voyages à travers le monde, mais cette fois, je me sentais son égal, dressé avec fierté sur Amoah. Je me sentais plutôt à l’aise pour un premier vol. Carolina dû le remarquer puisqu’elle me dit avec un sourire espiègle:

… On fait la course jusqu’à l’arène ?

Pour toute réponse, je lui souris en retour, et me campa sur mon pokémon

alors c’est parti ! dit-elle en s’élançant à pleine vitesse sans m’attendre.

Hé ! Attends moi, dis-je sans vraiment y croire, hilare, en m’élançant après elle.

Nous allâmes si vite que je perdais toute notion du temps. C’était de loin la chose la plus grisante que je n’ai jamais faite… L’arène de Méanville et ses montagnes russes, à côté, ça ne vaut pas grand chose. La maîtrise de Carolina en vol est spectaculaire, mais Amoah ne cessait de m’étonner… S’inspirant des mouvements de la championne, il la suivait sans fléchir, tentant toujours des manœuvres plus audacieuses pour la rattraper, compensant mon manque d’expérience par son instinct. Je me sentais si libre, si bien… Et la compagnie de Carolina était fantastique. J’étais éperdu d’admiration pour cette jeune fille qui devait avoir à peu près mon âge. après quelques vols, je commençais à prendre la main et volais à ses côtés sans difficultés. Elle semblait très impressionnée par les capacités d’adaptation et de compréhension de mon pokémon dont j’avais fait preuve. Nous volèrent encore longtemps comme cela, côte à côte. Je lui racontais mon périple à travers Unys, elle me parlait de ses expéditions avec le père de Keteleeria, …

Je me disais qu’à ce moment, j’aurais plus la suivre n’importe où si elle m’y avais invité. Le ciel se teintait de rose et de orange, formant une toile incroyable à travers les nuages fins et épars… J’assistai au plus beau coucher de soleil de toute ma vie… Nous avions volé tout l’après-midi. la température commençait à chuter et nous frissonnâmes de concert lorsqu’un courant d’air frais vint nous cueillir au creux du dos. Il était temps de redescendre. Nous atterrîmes devant l’arène. Carolina me déposa un baiser sur la joue et me murmura à l’oreille :

-je compte sur toi demain à l’arène… merci pour cet après midi, c’est rare de rencontrer un partenaire de vol aussi talentueux.

-C’est que… je… C’est toi qu’il faut remercier, tu es… fantastique.. Bon, et bien,.. à demain.. je suppose… Salut ! Je lui tournai le dos et parti précipitamment. J’étais rouge jusqu’aux oreilles. Quel courage ! j’étais furieux contre moi même. J’avais été incapable d’aligner deux phrases ou de même la remercier proprement pour le temps qu’elle avait passé avec moi et qui fait parti des meilleurs moments de ma vie. Bah. Je me rattraperais quand je la combattrais demain. Jamais je n’avais été aussi impatient de mener un combat pokémon… m’enfonçant dans le lit moelleux d’une auberge de Parsemille, je repensais à cette merveilleuse journée. Je m’endormis d’un sommeil bienheureux, cela faisait longtemps que je n’avais pas fait de rêves si plaisants…