Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Pokémon Noir Nuzlocke aventure

Jouer à Pokémon, c'est cool. Mais quand on est grand, on a parfois un peu de mal à s'immerger dans cet univers, parfois un peu enfantin... Je vous propose de découvrir la version noire, en même temps que moi, en nuzlocke challenge (un K.O équivaut à une mort et je ne peux capturer que le premier pokémon rencontré par zone), sous la forme d'un récit à la première personne que j'écris au fur et à mesure de l'aventure. Parce que pokémon, c'est aussi pour les grands, et parce qu'un peu de roleplay fait du bien dans ce monde de brutes.

JOUR 6 : J'aime visiter des frigos.

Publié par Cyan Malherbe

JOUR 6 : J'aime visiter des frigos.

Le soleil vient de se lever et je me prépare à quitter Méanville. Enfin, si le pont Yorneuve est à nouveau fonctionnel... Je pris la route 5 partant de l'ouest de la ville pour rallier le pont. Je rencontrai Tcheren en chemin, qui tenais à me défier une nouvelle fois. À mesure qu'il progresse, il prends de plus en plus la grosse tête et devient de moins en moins supportable. Heureusement que je m'exerce à le remettre à sa place chaque fois qu'il me défie...

La route 5 est un endroit agréable, de nombreux artistes de rues font diverses performances : un saltimbanque tiens son numéro de jongle, tandis qu'un guitariste pousse la chansonnette au milieu d'un cercle de personnes l'écoutant en reprenant le refrain en chantant avec lui. Une boulangère vends des pâtisseries aux passants depuis son camion-magasin... C'est au milieu de cette ambiance festive que nous aperçûmes un groupe de personne qui ne nous était pas étranger.

Je reconnu évidemment Inezia, toujours aussi classieuse, semblant de très bonne humeur, qui discutait avec un homme aux cheveux rouges vifs et à la coiffure excentrique, d'imposante stature, portant des vêtements ample et ses pokéballs autour du cou. L'air serein d'un sage et l'oeil pétillant, il rit aux éclats plusieurs fois durant sa conversation avec Inezia. Il me fit très forte impression et dégageait une aura de puissance impressionnante. Deux gamins se tenaient derrière lui et suivaient patiemment la conversation en regardant l'homme d'un regard admiratif. Me voyant approcher, accompagné de Tcheren, Inezia me fit de grand signe pour m'indiquer de les rejoindre.

Elle me présenta l'homme, se prénommant Goyah, qui se révéla être le maître de la ligue pokémon ! Tcheren n'accrocha pas du tout avec lui, tant leur vision du dresseur diffère. Goyah est un homme tolérant et gentil, mais Tcheren se borne à considérer les combats pokémons comme une simple quête de puissance. Goyah lui prouva le contraire mais il ne paru toujours pas être convaincu... Goyah testa notre niveau en nous faisant affronter les deux gamins, qui se révélèrent être ses élèves, pour tester notre niveau. Nous les vainquîmes sans grandes difficulté, puis Goyah prit congé, "en nous laissant en la charmante compagnie d'Inezia" Il ajouta à ces propos un clin d'oeil à mon adresse que je fis mine de ne pas comprendre en rougissant. Cette dernière nous adressa un sourire radieux et nous dit "bien, j'ai prévenu Bardane, le champion de Port-Yoneuve, que vous vouliez venir en ville pour le défier. Il a donc accepté de faire baisser le pont."

J'écarquillai les yeux. Pendant tout ce temps, personne ne pouvait traverser le fleuve parce que la personne chargé d'abaisser le pont, en l'occurrence le champion de la ville, n'avais pas trouvé utile de le faire. Quelque chose dans le dédain de cet homme me plaisait... quoi qu'il en soit, sur les ordres d'Inezia, ils abaissèrent le pont sans discuter. En même temps, il faut avoir une volonté à toute épreuve pour discuter un ordre d'Inezia.

Je traversai le pont avec émerveillement, profitant de la brise marinière et du chant des oiseaux côtiers. D'ailleurs, un couaneton s'approcha suffisamment près pour que je puisse le capturer. Un couaneton a donc rejoins mon équipe, enfin constituée de 6 pokémons ! une véritable équipe complète. Je renommais le couaneton Albatror (abrégé en Al ), et me rendit sans plus tarder à Port-Yorneuve.

C'est une ville à la fois côtière et montagneuse, anciennement minière. Les gens y sont rustres mais gentils. Cette ville est très industrielle, et est réputée pour son Hangar frigorifique, où sont stockées les marchandises périssables, et où l'intensité de la climatisation a créé un vrai micro système très apprécié des jeune dresseurs, car le froid y attire des pokémons plutôt exotiques. À peine arrivés en ville qu'un homme plutot fort de corpulence, habillé en habits de travail. D'allure rustique mais bon enfant, nous de la manière suivante :

"Zetes les petiots envoyés par l'Inezia ? Je sais pas c'que vous lui avez fait, mais elle a l'air d'vous avoir à la bonne ! (il rigole bruyamment). Un peu maniérée, mais c'est une brave femme, crénom ! Ah mais j'fais des mauvaises manières, c'est que j'me suis même pas présenté ! J'mappelle Bardane, chuis le champion de c'te ville ! Les gens d'ici sont pas très poli, mais vous verrez c'est des braves types ! Enfin ça dépends qui, y'a ces nigauds de la team plasma qu'on profité que j'ai baissé le pont pour ramener toute leur clique... J'sais bien qu'ils s'cachent que'que part, mais j'ai pas trouvé où... Ils s'raient quand même pas allés au frigo ? Ah ! ça s'rait ben drôle de les retrouver congelés ceux là ! dites moi les gars, zavez l'air de brave types non ? Ça vous dit pas de r'trouver ces gus et d'me les amener pour que j'puisse les mettre au placard ? J'voudrais pas qu'yen ai qui crois qu'on peux voler des pokémons impunément dans ma ville, ça non. (Il cracha par terre). On va dire que si vous les r'trouvez, j'accepterais de me battre cont' vous les gars, deal ?"

Je soupirai... de toutes façons, on avait pas le choix. même si je me serais bien passé de devoir encore coopérer avec Tcheren. Ainsi nous nous retrouvâmes à partir à la recherche de la team plasma, une nouvelle fois... Je serrai les poings. Si seulement N avait fait l'erreur de se pointer dans cette ville, il avait intérêt à être très bien caché…

Nous enquêtâmes donc au hangar frigorifique. Je dû supporter les jérémiades de Tcheren, ne supportant pas le froid polaire régnant dans ces entrepôts, sur tout le chemin, déjà pénible en lui même car le sol était gelé à divers endroit et se transformait en une véritable patinoire mortelle. Après de nombreuses chutes et un mal aux fesses cuisant, nous parvînmes à un petit habitacle. Entrant à l'intérieur, nous vîmes un curieux spectacle face auquel j'aurais éclaté de rire si le trajet avec Tcheren ne m'avais pas autant agacé : Une dizaine de membres de la team plasma étaient agglutiné autour d'un vieil homme portant la tenue que je reconnu comme être celle des 7 sages, criant à ses hommes qu'il avait froid et que c'était des incapables qui n'arrivaient même pas à le réchauffer. Ils remarquèrent rapidement notre présence et se relevèrent pour se placer entre nous et le sage. Un coup d'oeil avec Tcheren me suffit à comprendre que l'on pensait à la même chose... "je prends ceux de gauche, et toi ceux de droite, me murmura-t-il". Je souris. Pour une fois, j'étais content d'être avec Tcheren. Ce fut un vrai massacre. Face à deux dresseurs expérimentés, ils n'avaient pas l'ombre d'une chance, même à 10. Ligotés soigneusement et mis en tas, nous les livrèrent prestement à Bardane, qui nous regardait d'un air ahuri

"Hé ben les petiots, c'qu'on peut dire c'est que vous y allez pas avec le dos d'la cuillère ! r'trouvez moi à l'arène quand vous aurez l'temps, j'ai envie d'voir en direct c'que vous avez dans les tripes !"

-"Pas si vite ».

Je reconnu la voix de Ghetis, le "prophète" de la team plasma, qui avait plus d'une fois embrouillé l'esprit de tout le monde avec ses belles paroles., comme à Ogoesse ou à Volucité. Je détestais ce mec. Je savais qu'au fond c'était un connard mais quelque chose faisait que quand il parlait on ne pouvait qu'être d'accord avec lui, même si cela va à l'encontre de ton opinion habituel.

Cette fois-ci ne fit pas exception et nous furent contraint de libérer le fruit de notre capture. Il faut dire qu'il avait un argument de poids : Une armée entière de sbires près au combat se tenait derrière lui, et engager un tel combat en pleine ville, même avec un champion d'arène à nos côtés aurait été une très mauvaise idée. C'est donc avec un très fort sentiment d'amertume que je vis l'odieuse troupe s'éloigner tranquillement et quitter la ville.

Enfin, nous avons pu négocier le fait qu'ils rendent les pokémons volés et qu'ils quittent la ville définitivement, alors je suppose que nous devons considérer ça comme une victoire. Tcheren me quitta devant l'arène pour partir entraîner d'avantage ses pokémons. Quand à moi, je me sentais prêt. L'arène était de type sol, et je disposais de plein de pokémons pour en venir à bout. Je comptais tout particulièrement sur Hebi.

L'arène était aménagée dans l'ancienne mine, un grand puit de forage tout en profondeur ou l'on circule grâce à un réseau de poutres et d'ascenseurs. Atteindre Bardane, trônant tout au fond de la mine, ne me posa aucune difficulté, et vaincre ledit champion ne me posa guère plus problème. Pour une fois, grâce à Hebi qui a accompli dans cette arène un travail exemplaire, j'obtins mon 5e badge, au grand dam de Bardane qui se révéla être assez mauvais joueur.

Ce dernier, au lieu de me donner la traditionnelle capsule technique, me la promis en échange d'un service : je devait l'aider à résoudre le problème de la grotte électrolithe, qui est visiblement soumise à des phénomènes anormaux. J'acceptais, de toutes façons, je devais traverser cette grotte pour rejoindre la prochaine ville. Nous nous donnâmes rendez vous le lendemain matin à l'entrée de la grotte, au bout de la route 6. Je remerciai donc le champion et quittai l'arène pour réserver une chambre à la seule auberge de la ville, qui se révéla austère et rustique, mais néanmoins accueillante. Le tenancier, fan de combats pokémon, d'abord très fermé et peu bavard, se révéla très sympathique quand il appris que j'avais battu Bardane, et je passai au final une très bonne soirée en compagnie des autochtones qui finalement savent bien s'amuser malgré leur aspect rustre. Je m'écroulai sur mon lit mort de fatigue, heureux de cette journée placée sous le signe de la réussite, en me demandant ce que je pourrais bien trouver dans cette grotte. Je me demandais bien où pouvais être Bianca aussi... cela fait un certain temps que je ne l'ai pas vu... j'espère qu'elle va bien…