Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Pokémon Noir Nuzlocke aventure

Jouer à Pokémon, c'est cool. Mais quand on est grand, on a parfois un peu de mal à s'immerger dans cet univers, parfois un peu enfantin... Je vous propose de découvrir la version noire, en même temps que moi, en nuzlocke challenge (un K.O équivaut à une mort et je ne peux capturer que le premier pokémon rencontré par zone), sous la forme d'un récit à la première personne que j'écris au fur et à mesure de l'aventure. Parce que pokémon, c'est aussi pour les grands, et parce qu'un peu de roleplay fait du bien dans ce monde de brutes.

JOUR 10 : Le Dragon Blanc

Publié par Cyan Malherbe

JOUR 10 : Le Dragon Blanc

Je me réveillai difficilement, ébloui par une puissante lumière blanche illuminant le plafond. Le temps que mes yeux s’habituent j’examinai les environs. Je n’étais plus à la tour dragospire. J’étais dans une chambre qui semblait être une chambre d’hôpital. La lumière qui m’avait aveuglée était celle des néons fixés au dessus de mon lit. Je passai ma main dans mes cheveux. Un bandage serré entourait mon front et une grande partie de mon crâne.

-Aïe !- Je ne me souvenais pas m’être pris quelque chose sur le crâne, mais la douleur était bien réelle.

Je me hissais tant bien que mal sur mes coudes. La porte de ma chambre s’ouvrit brusquement. Goyah entra, mastiquant un croissant, en me regardant avec toute sa bonhomie habituelle.

-Tu t’es déjà réveillé ? Vu le coup que t’as pris sur la tête, j’avais parié avec Tcheren que t’aurais pas émergé avant demain matin. T’es plus costaud que t’en a l’air ! Quand Zekrom s’est envolé, il a effondré la moitié du toit, tu t’en est pris tout un pan sur la figure !

Je massais mon crâne avec incompréhension. Le choc avait du être tellement violent que je n’avais senti la douleur sur le coup. Je reprenais mes esprits.

-Alors Tcheren va bien ?

-Mais oui il va bien ! Mais heureusement que Zhu m’a prévenu, on est arrivé juste attends ! Tcheren est un bon dresseur, mais ils étaient trop nombreux… Enfin, face au maître de Flocombe et au maître de la ligue, ils se sont quand même écrasés. (Il ria bruyamment). Ghetis a réussi à s’enfuir, mais on a mis la main sur pas mal de leurs sbires. La prison centrale d’Unys a fort à faire en ce moment… Plus sérieusement, on est mal… D’après les légendes, Zekrom a le pouvoir de foudroyer le monde en un instant. Si elles ne sont pas exagérées, N a entre ses mains le pouvoir de détruire Unys. Si on se bouge pas pour l’arrêter, je ne donne pas cher de nous et de nos pokémons…

Mais t’en fait pas bonhomme, j’ai peut-être une solution. J’ai discuté avec Spruce Keteleeria et sa fille ; d’après les légendes, Zekrom ne serait pas le seul dragon légendaire. Il existerait son alter égo, Reshiram, le dragon blanc défenseur du réel. On raconte qu’à l’origine d’Unys il avait réduit la région en cendre en un instant. Personne ne sait ou il se trouve, ou même si il existe vraiment ou a existé, mais si la team plasma a réussi à réveiller Zekrom, y’a pas de raisons qu’on y arrive pas. C’est le seul moyen qu’on ait de faire face à N, et ça pourrait bien détruire le monde. Mais bon, j’ai bien peur qu’on ait pas le choix. J’ai ma petite idée d’où on pourrait trouver Reshiram.

-On a pas de temps à perdre, où est-il ?

-Le château enfoui, ça te dis quelque chose ? Au fond du désert délassant, un château antique qui a sombré dans le sable. D’après Spruce, c’est le seul bâtiment d’Unys dont l’ancienneté égalise celle de la tour Dragospire. Si il est quelque part, c’est là bas.

Je bondissais de mon lit, prêt à foncer au désert. Pas question que je laisse N faire ce qu’il veut.

Goyah éclata de rire.

-Doucement, bonhomme, le château va pas s’envoler et t’arrivera à rien en te précipitant comme ça. Mais j’aime ta détermination. Tcheren est déjà sur place, en effet tu peux te dépêcher d’y aller, mais habille toi d’abord non ? Bon, je te retrouve là bas, je dois passer à la ligue pour régler deux trois bricoles.

J’enfilai rapidement mes habits et quittai l’hôpital sautant sur le dos d’Amoah en me dirigeant vers le désert. C’était à l’autre bout de la région, même en volant j’allais mettre au moins deux heures.

Ma tête me faisait encore mal, mais c’était supportable.

Arrivant enfin au désert, je le survolais de loin pour tenter d’apercevoir le château. Je devais rester haut pour éviter d’être pris dans les tourbillons de sables balayant constamment la surface du désert. Ce fut Tcheren qui m’aperçut le premier, depuis le sol et malgré le manque de visibilité, m’appelant en faisant de grands signes. j’atterris à côté de lui, en haut d’une dune d’où dépassait les ruines de ce qui semblait être le sommet d’une tour. Tcheren me mis au courant de la situation :

Goyah était arrivé un peu avant et s’était déjà enfoncé dans les ruines, et lui était resté à l’entrée pour m’attendre. Il me prévint que la team plasma nous avait encore une fois devancée et qu’ils avaient envahi les ruines pour nous empêcher de les explorer. Il ne devait plus en rester beaucoup puisque Goyah avait déjà fait son chemin, mais je devais tout de même me méfier. Rentrant dans les ruines avec Tcheren, nous nous mîmes d’accord pour explorer chacun une direction différente pour tenter de feinter la team plasma et pour maximiser nos chances de trouver quelque chose.

Progresser dans la tour était plutôt pénible, nombre de pièces étaient envahies par le sable et on devait souvent se laisser couler dans des puits de sable pour accéder aux étages inférieurs. Il restait en effet un certain nombre de membres de la team plasma en état de se battre, mais grâce à Goyah je pu tout de même progresser normalement. j’arrivai au fond de la tour, suivi de près par Tcheren, où nous attendaient Ghetis et Goyah. Les deux hommes discutaient en face-à-face et la tension était palpable. Je restais en retrait avec Tcheren. Goyah , nous apercevant du coin de l’oeil, nous lança :

Partez ! c’était un piège, Reshiram n’est plus ici ! Ghetis souriait, une télécommande dans une main. J’eu un haut le coeur.

-Vite, il faut sortir d’ici, suis moi ! Tcheren me tira par la main et m’entraîna en courant dans les escaliers. Je le suivais, la tête ailleurs, les yeux rivés sur la télécommande de Ghetis. Il appuya sur le bouton. Le plafond explosa, le sable et les gravats croulèrent dans la salle à une vitesse folle. Tcheren invoqua son roitiflam qui dégagea un chemin dans les débris pour nous faire remonter à la surface rapidement. Essoufflés, s’asseyant dans le sable en reprenant notre souffle, je regardais Tcheren. Il m’avait sauvé la vie.

-Et Goyah ?

-Ne t’inquiète pas pour lui, il n’est pas le maître de la ligue pour rien. De plus, l’explosion visait l’entrée de la salle, il était au fond avec Ghetis, et ça m’étonnerait qu’il se soit visé lui même…

Je haussai les épaules. Il avait sans doute raison. Mon vokit sonna. Je vis en répondant le visage de Keteleeria s’afficher sur l’écran.

Allo ? Tu m’entends ?

heu.. Bonjour professeur.

Ah ! Oui, bonjour, viens tout de suite au musée de Maillard, on a trouvé Reshiram, il était sous notre nez depuis le début !

Comment ça ?

Tu verras sur place, pas le temps d’en discuter, à toutes suite !

Elle raccrocha sans me laisser le temps de répondre. Je l’avais rarement vu aussi enthousiaste.

Tcheren, qui avait suivi la conversation, me dit qu’il allait resté là pour attendre Goyah. Le remerciant, je repris mon vol en direction de Maillard. Ce n’était pas trop loin du désert délaissant, je devrais y arriver rapidement. J’avais déjà une petite idée de ce que le professeur avait voulu dire. Je pensais au crâne de pokémon dragon que la team plasma avait déjà tenté de voler il y a une semaine. Ce squelette est peut-être celui du pokémon ancestral ; auraient-ils trouvé un moyen de le ramener à la vie ?

Une fois à Maillard, je rejoignais l’attroupement composé de Spruce et de sa fille, de Bianca qui avait du suivre le professeur, ainsi que d’Aloes et son mari. Aloes tenait dans ses mains un petit galet blanc, que j’avais déjà aperçu dans une des vitrines du musée lors de ma précédente visite.

-C’est quoi ce caillou ? Dis-je négligemment en pointant du doigt l’objet.

-Ce caillou, comme tu dis, c’est Reshiram. Ou du moins l’endroit où il repose, me répondit Keteleeria, mi-rêveuse, mi-moqueuse. Goyah vient de nous l’apprendre par vokit. Il a visiblement réussi à soutirer des informations à Ghetis. Son expédition dans le désert n’aura pas été vaine, finalement.

Je soupirai. Goyah allait bien finalement.

-En parlant du ramoloss, on en voit la queue, continua Keteleeria en regardant le ciel, le regard brillant.

Goyah avait sauté de son pokémon en plein vol et avait atterri en grand fracas juste à coté de nous.

-Yo ! , dit-il, amusé.

Comment peut-il survivre à des sauts pareils ? Son pokémon était au moins à 15 mètres du sol ?

En le voyant avec son air désinvolte discuter tranquillement, je regretterais presque de m’être inquiété pour lui. Il m’invita à joindre la conversation.

-Tiens.

Il me fourra dans la main le galet qui se révéla étrangement lourd par rapport à sa taille. Surpris, je manquai de le faire tomber. Je restai silencieux quelques secondes le temps que la signification de son acte parvienne à mon cerveau.

-Quoi ? Mais tu peux pas me le donner comme ça ? Ce pokémon est peut être le plus puissant d’Unys.

-Sacré responsabilité hein ? » Me répondit-il en se grattant l’oreille.

Je tentai de lui rendre.

Pourquoi tu le prends pas toi hein ? C’est pas ton job normalement, en temps que maitre de la ligue ?

Bah. J’ai d’autres trucs à faire, et puis, N te l’a dit non ? C’est toi qu’il attends, pas moi. Et puis je suis sûr que tu t’en sortira très bien. Et puis c’est pas comme si je te filais Reshiram. Pour le moment, t’as juste un vieux caillou. Encore faut-il que tu trouve comment faire pour le réveiller.

Je me calmai et hocha la tête, serrant le galet contre moi. Malgré sa légèreté, Goyah croyait en moi. Je ne devais pas le décevoir.

Je te conseille de te rendre à Janusia, mon vieil ami Watson est un spécialiste du type dragon, peut être qu’il saura t’aider avec ce galet. Bon, moi je te laisse, faut que je retourne à la ligue pour accueillir N correctement quand il décidera de se pointer.

Il siffla et leva un bras, pour se faire emporter par un gigantesque pokémon volant qui l’emporta au loin. Le professeur et les autres continuaient à discuter entre eux.

Je les salua et repris moi aussi mon vol. Il se faisait tard et déjà le ciel se teintait d’orange sous un soleil faiblissant. Je volais tranquillement, j’arriverais dans la soirée à Flocombe où je pourrais passer la nuit avant de reprendre mon voyage à l’est vers Janusia.