Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Pokémon Noir Nuzlocke aventure

Jouer à Pokémon, c'est cool. Mais quand on est grand, on a parfois un peu de mal à s'immerger dans cet univers, parfois un peu enfantin... Je vous propose de découvrir la version noire, en même temps que moi, en nuzlocke challenge (un K.O équivaut à une mort et je ne peux capturer que le premier pokémon rencontré par zone), sous la forme d'un récit à la première personne que j'écris au fur et à mesure de l'aventure. Parce que pokémon, c'est aussi pour les grands, et parce qu'un peu de roleplay fait du bien dans ce monde de brutes.

JOUR 13 : PARTIE 1 : la ligue pokémon

Publié par Cyan Malherbe

JOUR 13 : PARTIE 1 : la ligue pokémon

Une fois mon équipe correctement entraînée, je m’élançais sur la périlleuse route victoire. Mon enthousiasme en pris très vite un coup quand une fois arrivé à l’entrée de la route je me rendis compte que celle-ci était en réalité verticale :

La ligue d’Unys était situé en haut d’une montagne dont les flancs étaient plus des falaises que de réelles pentes. On progressait en empruntant des réseaux de galeries permettant d’atteindre des paliers de plus en plus élevés sur la montagne. Je commençais à être vraiment fatigué de tous ces tunnels, grottes, cavernes et montagnes en tout genre. Cela dit, à mesure de mon ascension, je comprenais mieux l’aisance de Goyah dans ce genre de milieu, si celui-ci traversait régulièrement cette route dans les deux sens. Les flancs escarpés étaient vraiment dangereux et l’on pouvait dévaler la montagne à la moindre inattention. Les dresseurs que je croisais, tentant eux aussi de trouver leur chemin dans ce dédale de roc étaient tous d’un excellent niveau et mettaient mon équipe à rude épreuve.

Mais le pire reste ces innombrables Fermites qui peuplent la montagne, qui attendent dans le sol le passage d’un dresseur pour le prendre au piège dans ses mandibules. La première fois que je me suis fait avoir, j’ai failli y laisser un pied. J’ai donc été obligé de laisser toujours un de mes pokémons passer devant pour « déminer » le terrain à ma place. Ces pokémons sont très dangereux car il est presque impossible de les fuir, ils sont plutôt résistant et frappent fort, et de nombreuses fois un de mes pokémons a failli finir entre leurs mandibules. Je dû même rebrousser chemin à un moment pour retourner acheter plus de soins, car mon équipe avait atteint sa limite.

Néanmoins à force de persévérance je parvins au sommet de la route victoire, et arrivai aux portes de la ligue : un palais antique planté au beau milieu d’une enclave rocheuse dans laquelle s’étends un plateau désertique. Après un bref entretien avec le passeur de la ligue, qui m’indiqua que passé ce point je ne pourrai revenir en arrière que si je triomphai ou que toute mon équipe était vaincue. Je n’avais donc pas le droit à l’erreur.

Je déclinai sa proposition, et après avoir soigné mon équipe j’appelais toute mon équipe pour faire le point avec eux. Marchy, Amoah, Aquilin, Fafnir et Lady Doo. Mes cinq compagnons allaient devoir faire face aux 5 meilleurs dresseurs d’Unys. Olympe mon funécire nous accompagnera aussi, en temps que mascotte, mais ne participera pas au combat. Je m’étais très bien renseigné sur la ligue et je connaissais les types de prédilection de tous les membres du conseil 4. Psy. Ténèbres. Spectre. Combat. Pour les types psy et spectre un pokémon ténèbres ou spectre aurait été optimal. Malheureusement je ne disposais de ni l’un ni l’autre.

« Je compte sur toi pour ces deux là, Faf. » Disais-je à mon drakkarmin. En effet, il n’était pas spécialement sensible aux types psy et spectre et disposait de l’attaque mâchouille, une puissante attaque ténèbres. Je lui confiais les lunettes noires, un objet trouvé au cours de mon aventure permettant d’augmenter la puissance des attaques ténèbres. je lui caressais amicalement la tête. J’espère qu’il tiendrai le coup… Je savais que la vitesse n’était pas son fort, et que par conséquent il encaisserait inévitablement des coups. Même si il frappait très fort, il n’avait donc pas une grande endurance en combat.

J’avais peur de devoir envoyer lady doo, qui pourra infliger de gros dégâts avec sa balle ombre. Malheureusement, il est fort probable que les pokémons de type psy du conseil 4 est eux aussi des attaques spectres, et je ne parle pas des pokémons de type spectre qui risquent de lui faire vraiment mal. Envoyer mon mesmerella était donc à considérer en dernier recours et restait vraiment très risqué. J’avais très peur pour elle, elle était sensible à presque tous les pokémons du conseil 4, mais elle se révélera indispensable contre Kunz, le maître du type combat. Amoah aussi d’ailleurs. Marchy n’avait pas un type avantageux pour aucun des membres du conseil, mais possédait une telle force de frappe que je le savais capable si besoin de faire tomber n’importe quel pokémon. Mais il risquait de se blesser également en frappant, et ne pourrait déchaîner sa force qu’une seule fois. Il fallait que je le garde en atout jusqu’au dernier moment.

Aquilin servirait de pivot à l’équipe, en raison de son type et de ses attaques lui donnant une position neutre face à tous les membres du conseil. Si le combat ne tournait pas à mon avantage, je pourrai l’envoyer pour avoir le temps de reprendre les choses en main.

Ma stratégie était plutôt rodée et je me sentais prêt à tenter le défi. J’avais appris de mes erreurs et longuement étudié pour ne me laisser surprendre par rien. Le conseil 4 pouvait me sortir n’importe quel pokémon, j’étais prêt.

Je devais faire attention aux « attaques surprises », les attaques que peuvent posséder les pokémons qui ne sont pas de leur type. On peut ainsi se retrouver dans une situation désastreuse, ou l’on pense avoir l’avantage du type et où on se prends une attaque en traitre, du type de la plus grosse faiblesse de ton pokémon. La seule manière de palier à cela est de « tester » chaque pokémon adverse : En tant que membres du conseil 4, ils connaissent sans aucun doutes toutes les faiblesses et résistances de tous les pokémons, et ferons toujours l’attaque la plus efficace contre leur adversaire. Je comptais donc envoyer un pokémon « leurre » à chaque nouvel ennemi, puis échanger avec Aquilin, ne craignant que le type plante : étant donné que aucun autre de mes pokémons ne craignait le type plante, j’étais sûr de ne pas en subir et donc d’encaisser le choc, et ainsi savoir si le pokémon était réellement dangereux ou pas pour mon premier pokémon, et adapter ma stratégie en fonction du résultat.

Je pensais ainsi éviter la plupart des mauvaises surprises, mais je ne pouvais pas utiliser cette technique trop souvent car elle obligeait mon équipe à subir des coups supplémentaires qui risquaient de me mettre en difficulté.

C’est avec ces quelques stratégies que je passais enfin avec mon équipe la porte de la ligue pokémon.

Comme prévu, Kunz ne posa pas réellement difficulté grâce à Lady Doo et Amoah, qui taillait en pièces joyeusement ses pokémons combat. Le combat contre Pieris, maître du type ténèbres me demanda beaucoup plus de ressources. Je pouvais oublier Lady Doo pour ce combat. Les pokémons ténèbres craignant les types combats, j’avais bonne espérance pour que Marchessot fasse le ménage correctement. Son Léopardus et son scalproie tombèrent sous les coups furieux de mon pokémon, mais je dû le rappeler en catastrophe lorsqu’il appela son crocorible, disposant de l’attaque séisme, mortelle pour Marchy. Ce pokémon me causait bien du mal, mais je fini par en venir à bout après avoir failli perdre Aquilin et Amoah.

Je finis tout de même par vaincre Pieris et je pu soigner mon équipe pour aller défier les deux derniers membres du conseil. Je me dirigeais vers la salle d’Anis, dresseuse de type spectre. Ce combat fut encore plus difficile que les deux précédents. Comme prévu, Drakkarmin fit une belle percée , mais rapidement il s’épuisa et il devenait trop dangereux de le laisser combattre. Utilisant comme prévu Marchy pour faire tomber un de ses pokémons de force, selon la technique dite « du boulet de canon », Aquilin temporisant le temps que j’obtienne des informations sur mon adversaire… rapidement toute mon équipe commençait à manquer de vitalité… Je réussi néanmoins à faire tomber son lugulabre, ayant poussé mon équipe à sa limite.

La cohésion de mon équipe était impressionnante… Ils étaient tous du même niveau maintenant, et se complétaient parfaitement. S’épaulant chacun sur l’autre pour traverser les difficultés, chaque combat était difficile mais ils réussissaient tous ensemble. Je les soignais encore une fois avant d’aller défier Percila, maitresse du type Psy. Là encore le combat fut très dur et j’aurais perdu plusieurs pokémons si je n’avais pas le réflexe d’utiliser aquilin comme bouclier. (le laser glace de son Cryptéro a failli me coûter mon drakkarmin ). Le combat s’acheva sur un duel Sidérella contre Sidérella, les deux pokémons étant du même niveau. Lady Doo gagna sur le fil, légèrement plus rapide que son adversaire, grâce à une balle ombre bien placée.

J’avais battu, non sans mal, les quatre membres du conseil, sans perdre un seul pokémon. La statue au milieu du hall de la ligue se mit à pivoter pour dévoiler un passage menant au sous-sol où se trouvait Goyah. Reprenant mon souffle, je descendit l’escalier en colimaçon pour arriver dans la salle du maître.

Goyah était à genoux, au milieu de l’arène, et devant lui, N triomphant. Je n’eu besoin de rien entendre pour comprendre ce qui s’était passé. Goyah avait perdu. N me vit et se retourna vers moi :

« Tu arrives juste à temps pour voir mon ascension. Je suis le nouveau maître de la ligue, et tu es ici dans mon palais. »

Les larmes me montaient aux yeux. Goyah avait perdu. J’étais en train de perdre tous mes moyens. Pendant un instant je réalisais que je n’avais pas la moindre chance face à N. J’avais tant de mal face au conseil 4, goyah était bien plus fort que le conseil 4, et il n’avait aucune chance face à N. De plus, je n’avait jamais vu Goyah aussi mal, et le voir effondré ainsi faisait chanceler ma détermination. Je tentais de me reprendre.

-« Goyah ! », criai-je. « Tu m’avais promis ! Tu m’avais promis que jamais tu ne perdrais face à N ! »

Goyah leva la tête vers moi avant de s’effondrer à nouveau et de sangloter à nouveau.

N s’avança et pris la parole. « Il ne pouvait pas gagner. Ces convictions n’étaient pas à la hauteur des miennes. Goyah a perdu sa volonté il y a bien longtemps, et depuis il n’a cessé de fuir. Quand son pokémon est mort, emporté par la maladie, il était fou de chagrin, et depuis il n’a de cesse de parcourir Unys pour oublier sa peine. Il a toujours fui ses obligations, fui son rôle de maître pokémon. Pour lui il n’a jamais été maître, ou du moins pas depuis qu’il a laissé mourir son compagnon. Voilà pourquoi il ne pouvait pas gagner.

-« Tais toi. » Fit Goyah d’un ton rauque, avant de tenter de se redresser. Le désespoir et la tristesse avaient été remplacés sur son visage par une détermination sans faille. Néanmoins il semblait incapable de se lever. Je frissonnais. On dit qu’un dresseur participe au même titre que ses pokémons au combat, et qu’il endure leur souffrance au même titre qu’eux, bien qu’elle ne soit pas physique. J’ai longtemps considéré cette rumeur comme une métaphore du lien entre un dresseur et ses pokémons, mais l’état de Goyah me faisait maintenant comprendre qu’il n’en était rien : Goyah avait véritablement tout donné dans cette bataille, jusqu’à ce que lui même s’effondre de fatigue. Jamais je n’eu autant d’admiration pour lui que maintenant, alors qu’il se trainait à terre faiblement aux pieds de N.

« Il a raison. » Repris Goyah. « Je ne crois plus assez en ce monde pour arrêter un homme dont la détermination est telle qu’il a même rallié à lui un dragon légendaire. Tu dois l’arrêter. Tu as vaincu le conseil 4 toi aussi non ? Toi seul le peut maintenant ! »

Je tentais de reprendre mes esprits et acquiesçai. Capable ou pas de vaincre N, je devais l’affronter maintenant, où s’en était fini d’Unys tel que nous le connaissons. Je me mettais en position de combat et me préparai à appeler un pokémon.

Pour toute réaction, N se mit à rire. « Désolé, mais c’est inutile. Le galet blanc n’a même pas répondu à ton appel. Tu n’es plus en mesure de m’arrêter maintenant. Je me suis trompé à ton sujet, tu n’es finalement pas celui que je pensais que tu étais, adieu. »

Sur ces mots il sorti une télécommande de sa poche et appuya sur un bouton. Le sol se mit soudainement à trembler.

« comme je l’ai dit tout à l’heure » continua N, en parlant de plus en plus fort pour couvrir le bruit d’apocalypse qui grondait tout autour de nous, « bienvenue dans mon Palais ! »

Courant maladroitement aux fenêtres pour voir ce qui se passait à l’extérieur, mon sang se figea : D’immenses barres de bâtiments sortaient du sol pour entourer la ligue pokémon. Je n’en croyais pas mes yeux. Une telle mégalomanie ne pouvait être concevable sans l’aide de Zekrom.

Une fois la ligue complètement encerclé par trois pans gigantesques de bâtiments, de gigantesques passerelles en fer sortirent des murs pour se planter dans la ligue pokémon et relier ainsi les deux édifices de façon barbare, criblant de trous béants le vieil édifice. Je manquais moi même d’être enseveli sous une pluie de gravats lorsque l’une des passerelles éventra le plafond juste devant moi. Une fois les passerelles installées, N emprunta celle qui avait percée notre salle pour rejoindre son palais. Le temps que je me relève et que je m’assure que Goyah allait bien, il avait déjà filé. Je laissai échapper un juron, puis je m’élançai à sa poursuite.

Traversant la passerelle, j’arrivai dans le palais de N proprement dit. Pénétrant dans la première salle, je fut stoppé par les 6 sages de la team plasma, bien résolus à me barrer la route. La lassitude s’empara de moi. Je n’avais pas la force d’affronter les six plus haut dignitaires de la team plasma en même temps. Néanmoins je n’avais pas le choix et je me préparais à me battre. S’est alors qu’une voix familière résonna derrière moi..

-« Vindieux ! T’es toujours debout mon bonhomme ! Ah ça ! tu te laisses pas battre facilement c’est ben vrai ! »

Je me risquais à me retourner. Une bouffée de chaleur m’envahi :

-« Bardane ! »

En effet, le champion de Port-Yorneuve courrai vers moi, l’oeil brillant.

-« Tu crois quand même pas qu’on allait te laisser t’amuser tout seul mon gaillard », me lança t’il avec un clin d’oeil. « Et t’inquiète pas bonhomme, je suis pas venu tout seul. »

Réalisant le sens de ses mots, je scrutais l’entrée du bâtiment, le coeur battant. Ils étaient venus. Tous. Tous les champions d’Unys courraient sur la passerelle pour me rejoindre. Ce bon vieux Bardane. Inezia, toujours aussi rayonnante. Watson et Iris, qui semblaient vraiment motivés. Rachid, toujours dans son complet impeccable de serveur. Même Aloé, qui avait du laisser sa famille pour voyager jusqu’ici, même Zhu, le ninja, et Artie était venus. Et surtout.. Mon coeur fit un bond. Carolina. En riant aux éclats, elle passa devant les autres champions d’arènes, bouscula Bardane et se jeta dans mes bras.

-« Je suis si contente qu’il ne te soit rien arrivé…» me dit-elle d’une voix qui portait encore les séquelles d’une vive inquiétude.

- « tu m’as manqué », laissai-je échapper.

Peu importe N et la gravité de la situation, j’étais heureux.

Serrant Carolina contre moi, je ne savais trop que dire, ayant encore du mal à croire en la tournure des évènements. Les autres champions arrivèrent à notre niveau.

Bardane m’expliqua brièvement : « tu sais qu’avec Inezia on faisait des recherches pour dénicher la team Plasma… On aurait jamais cru qu’ils s’étaient enterrés sous la ligue ces nigauds… L’prof Keteleeria nous avait informé de la situation, avec les évènements à la tour dragospire et tout ça. Évidemment Carolina s’était la première au courant vu qu’elle passe son temps à faire le taxi pour le père de Mamzelle Keteleeria. Alors elle a fait ni une ni deux quand elle a appris que tu te battais tous seul ou presque contre eux et que t’allais devoir affronter un gars possédant un pokémon capable de détruire Unys. Tu sais qu’elle s’est vraiment inquiété pour toi, elle en devenait insupportable. Elle s’était mis en tête de te rejoindre pour t’aider, heureusement que Zhu l’a retrouvé à Flocombe pour l’empêcher de partir seule ! Du coup Inezia et moi on a convenu que de toutes manière ça servait à rien d’chercher là où ils étaient pas et qu’ils se montreraient sûrement pour tenter de t’arrêter. Et puis de toutes façons on aurait pas pu empêcher Carolina de venir, Alors on a rassemblé tout le monde, histoire de mettre toutes les chances de notre côté, et on a rejoins la ligue pour t’aider ! T’inquiète pas pour ces gus, on a l’avantage numérique de toute façons. Fonce, on s’occupe d’eux. »

Je bredouillais quelques mots pour remercier les champions et je me décidai à reprendre mon chemin. Enfin. Je devais d’abord me décider à lâcher Carolina qui continuait à m’étreindre, la tête enfouie dans mon épaule, ce qui faisait sourire un bon nombre des champions. Voyant que mon échange avec Bardane avait pris fin et que les champions avaient déjà commencés à affronter les sages, elle releva la tête et s’écarta de moi.

- « Je viens avec toi ! » Me dit-elle. « Ils n’ont pas besoin de moi pour s’occuper d’eux, ils sont suffisamment nombreux.

Elle me regardait avec de grands yeux que l’inquiétude perceptible couplé à sa détermination rendaient encore plus attirants. L’idée de pouvoir rester plus longtemps en sa compagnie me rendait fou de joie mais sa requête me posa tout de même un cas de conscience.

-« Carolina, c’est dangereux là bas. Tu as vu dans quel état est Goyah ? Je ne vais pas faire un simple combat de pokémon, nos vies aussi sont en jeu. Zekrom est trop puissant, nous pourrions être foudroyés en un instant. Tu ne pourras rien faire là bas, et peut-être que moi non plus d’ailleurs, mais tu ne pense pas que ma vie est un enjeu suffisant ? tu n’as pas besoin de risquer la tienne. »

« Je sais très bien tout ça ! Et c’est bien pour ça que je veux venir avec toi ! Écoute. Je.. J’ai réfléchi, depuis que tu as quitté Parsemille, quand j’ai appris que tu avais fait face à N dans la tour Dragospire, que tu t’es fait blesser par Zekrom… J’ai eu peur tu sais. Si tu meurs seul là haut je ne me le pardonnerai jamais. Après tout je suis une championne d’arène, je ne suis pas faible et c’est mon rôle de protéger les gens. Laisse moi venir ! Je t’en prie ! Je ferais attention, je… (une larme coula sur sa joue) Je veux rester avec toi.

Mon coeur était entrain de fondre. Elle me regardait dans les yeux, d’un regard plein de passion. J’allais sans doutes y rester, là haut. C’était probable. Oh et puis zut.

J’enlaçai Carolina et je l’embrassai sans réfléchir. Je la sentis se détendre dans mes bras alors que nos lèvres se joignaient. J’étais incapable de dire combien de temps ce baiser a duré, semblant éternel sur le moment, comme si le temps s’était arrêté, et ne semblait qu’avoir durée l’espace d’un instant au moment où il cessa. Nous restâmes un moment à nous regarder sans rien dire puis je repris la parole.

Je préfèrerais te voir avec les autres en sécurité, mais je ne peut pas t’empêcher de me suivre. Après tout, tu n’es pas la fille du vent pour rien, tu es libre de voler où tes ailes te portent…

Elle me sourit d’un air espiègle et me prit la main, Puis nous reprîmes l’exploration du palais pour retrouver N. Je regardais Carolina. Je ne pouvais plus me permettre de perdre maintenant.