Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
Pokémon Noir Nuzlocke aventure

Jouer à Pokémon, c'est cool. Mais quand on est grand, on a parfois un peu de mal à s'immerger dans cet univers, parfois un peu enfantin... Je vous propose de découvrir la version noire, en même temps que moi, en nuzlocke challenge (un K.O équivaut à une mort et je ne peux capturer que le premier pokémon rencontré par zone), sous la forme d'un récit à la première personne que j'écris au fur et à mesure de l'aventure. Parce que pokémon, c'est aussi pour les grands, et parce qu'un peu de roleplay fait du bien dans ce monde de brutes.

JOUR 3 : Volucité, me voilà !

Publié par Cyan Malherbe

JOUR 3 : Volucité, me voilà !

Après une bonne nuit de sommeil, nous nous entretînmes autour d'un copieux petit déjeuner avec Aloes, mais aussi Tcheren et Bianca qui nous avaient rejoins dans la matinée. Aloes avait également convié Artie, le champion de Volucité, très ami avec cette dernière. Nous établîmes un plan d'action concernant la team plasma. Il fut convenu qu'avec Artis nous partirions passer au peigne fin la tortueuse forêt d'empoigne, à l'ouest, tandis qu'Aloes partirait seule explorer l'est. Tcheren et Bianca furent quand à eux invités à protéger le musée. Il fallait faire vite, car la team plasma avait déjà prit de l'avance. Néanmoins, nous comptions sur leur faible capacité de déplacement, dû à l'encombrement que représente le crâne qu'ils devaient se trimballer, ainsi que dans la connaissance des lieux d'Artie, qui, en temps que spécialiste du type insecte, passait beaucoup de temps à chasser et connaissait la forêt comme sa poche. Je n’eu malheureusement pas eu l’occasion de profiter de ses capacités de guide, puisque nous nous séparâmes dans la forêt pour maximiser nos chances de les retrouver. Nous retrouvâmes bon nombre d'entre eux éparpillés dans la forêt, laissés derrière pour tenter de nous ralentir. Du moins c'est ce qu'ils nous avaient dit, mais vu leur état et leur air hagard, s'expliquant facilement par la nuit à la belle étoile qu'ils avaient dû passer, je crois plutôt qu'ils se sont perdus en s'éloignant du groupe dans la précipitation de leur fuite. Cette forêt est vraiment traître, et on s'y perd facilement : ancienne, très dense et vallonée, elle est jonchées de vieux tronc creux couverts de mousse et de vieilles pierres. Les feuillages sont si fourni que la lumière ne passe à travers qu’à de rares endroits, laissant des raies de lumière dorées descendre jusqu’au sol, donnant au lieu un aspect presque surnaturel. L’endroit était magnifique, mais trouver son chemin dans cet ville de verdure était tout sauf aisé.

Sans l'aide d’Amoah, qui prenait régulièrement de l'altitude pour prendre des repères, je me serais sans doutes perdu à plusieurs reprises.

Amoah a été si utile pour vaincre les divers pokémons insectes pullulant dans cette forêt, qu'il a fini par évoluer en un magnifique Colombeau. C'est pour le moment le pokémon le plus expérimenté de mon équipe, et j'en suis très fier. Je retrouvai Artie au détour d'un sentier et nous retrouvâmes les derniers membres de la team plasma perdus au fin fond de la forêt, épuisés, sales et affamés, n'ayant plus assez de forces pour continuer à transporter le crâne. Nous les vainquîmes sans difficultés. Un vieil homme, apparemment le supérieur de ces hommes, reconnu notre victoire et rendit le crâne à Artis, qui me quitta pour aller le rendre à Aloes. Un peu plus tard, arrivant à l'orée de la forêt, je décidai de continuer mon périple pour rallier Volucité, où je retrouverais Artie pour l'affronter et le vaincre. Je marchais tranquillement, j’avais tout mon temps, Artie était encore à Maillard et je devais l’attendre pour le défier à son arène. Le sourire au coin des lèvres, je savourais déjà ma victoire, sachant qu'il utilise le type insecte et qu’Amoah, mon pokémon le plus expérimenté, en est le prédateur naturel. Je pressentais que ce ne sera pas l'arène la plus difficile à laquelle j'aurait affaire... Rallier Volucité implique de traverser le gigantesque pont Sagiciel, surplombant le bras est du grand fleuve Unys. De ce pont à deux niveaux, le plus grand d’Unys, routier et piéton, on peut apercevoir toute la région se dressant à nos pied. J'en ai encore des frissons. Qu'est ce que j'aurait donné pour que Amoah soit assez fort pour pouvoir me porter et se jeter depuis le pont pour descendre en piqué vers l'eau claire et filer en rase-motte le long du fleuve... Plus tard, je reviendrais pour tenter le grand plongeon. en attendant, l'imposante Volucité et tous ses gratte-ciel m’attendent..

Mon arrivé à Volucité fut mouvementée ! cette ville est immense et des gens courent partout dans tous les sens, te bousculant sans gêne et sans même t'accorder un regard... Du monde partout, tout le monde semble pressé... À peine arrivé à l'arène que je croise Artis en sortir et courir en me criant "Pas le temps pour combattre ! On a repéré la team plasma en ville ! «

... Ces gars commencent vraiment à me taper sur le système... je suivi donc Artie et le rejoignis sur un quai un peu plus loin. J'y retrouvais également Bianca, totalement affolée, avec une jeune fille à la peau mate et aux cheveux violets vifs, le regard pétillant, hors d'elle, essayer de consoler Bianca.

Cette dernière, se prénommant Iris (comme mon défunt ponchiot d'ailleurs, mais je me suis bien gardé de lui dire, de peur de la vexer), nous informa de la situation : la team plasma avait dérobé le munna de Bianca et Iris les avait perdu de vue dans la foule. Nous ne savions que faire. Retrouver quelqu'un dans Volucité est presque impossible... Heureusement qu'un membre de la team plasma a cru bon de revenir pour chourrer d'autres pokémons à Bianca qui avait vraiment l'air d'une bonne poire.

Mais bizarrement, voyant Artis, moi et Iris, tous les trois en rage et sur le pied de combat, il ne fit que murmurer "...oh merde..." avant de tourner les talon et s'enfuir à toutes jambes (pour des raisons que j'ignore, Iris semblait le terrifier tout particulièrement.) Sans hésiter, je me jetai à ses trousses suivi de près par Artis, m'enfonçant dans les rues bondées de Volucité en me frayant un chemin à coups d'épaule et d'excuses maladroites. Artis, connaissant la ville mieux que moi, entrepris de lui couper la retraite en prenant un raccourci par une ruelle, pendant que je tentais de ne pas le perdre de vue.

Malheureusement, je ne suis pas habitué aux grandes foules et je fini par le perdre avant d'arriver sur la place centrale. Heureusement, Artis débarqua à ce moment d'une rue adjacente en courant et agitant son bras comme un forcené en criant "il est parti par là !" La poursuite repris son plein dans une rue un peu plus calme, mais nous n'eurent pas le temps de le rattraper, il s'enfonça dans un bâtiment gardé par de nombreux sbires à l'allure antipathique.

Pas question de le laisser filer. tentant de reprendre notre souffle, en se forçant à être les plus intimidants possible, malgré nos points de côté et notre souffle saccadé, nous défions ces fieffés gredins, bien déterminés à rentrer de force dans ce bâtiment. Nous en virent à bout sans trop de difficultés, et purent obtenir quelques informations de ces bandits. Ils sont apparemment dirigés par 7 sages, dont on a pu en apercevoir 2 à Arabelle et dans la forêt d'empoigne, et voulaient le crâne du pokémon dragon car il serait en rapport avec un ancien pokémon légendaire qu'ils chercheraient à réveiller. Enfin qu'importe ce qu'ils cherchent à faire, je suis bien déterminé à les démolir juste parce qu'ils pourrissent mon voyage depuis le début.

Une fois à l'intérieur, nous rencontrâmes à nouveau Ghetis, qui semble être le plus influent des sept sages, qui avait déjà fait un sermon sur la libération des pokémons à Arabelle. Ce dernier, dans une langue très châtiée nous informa du mythe de la fondation d'Unys, impliquant un "héros", un "idéal" et un "dragon noir".. je n’ai pas tout compris, à cause de ça façon de parler bizarre, mais Iris, qui nous avait retrouvé avec Bianca, avait l'air d'en savoir un rayon... Je devrais l'interroger à ce sujet…

Je ne sais pas si Ghetis a des intentions mauvaises ou non, il a rendu son pokémon à Bianca... c'est peut-être juste ses sbires qui sont idiots et qui font n'importe quoi...en tout cas il a l'air de bien s'entendre avec Artie, ils ont tapé la discute pendant trois quart d'heure autour du lien entre les pokémons et les humains et si la façons que les humains avaient de traiter les pokémons était vraiment juste ou pas.... En tout cas moi j'en ai ma claque de tout ça. Je veux dire, c'est intéressant, mais je suis fatigué, j'ai mal aux pieds, j'en ai marre de cette ville de fous, je veux juste affronter Artie et quitter cet endroit qui semble avoir été conçu pour te faire stresser.

après avoir fini de discuter, Artis laissa la team plasma tranquillement se faire la malle. J'ai l'impression d'halluciner, heureusement Iris a l'air aussi choquée que moi et se met à pourrir Artis en lui demandant pourquoi il avait laissé filer ces connards. Il se justifia vaguement et pris congé pour regagner son arène. Quelle tête de mule celui là... déjà qu'il me tapait sur le système avec ses grands air d'artiste inspiré, je n'aurais aucune pitié à le démolir. Iris est partie faire du shopping avec Bianca en ville, je suis enfin seul. Hé bien, direction l'arène dans ce cas !

BERK MAIS QUELLE HORREUR !! Cette arène est horrible !!! Construite pour imiter une ruche d'abeille, les murs sont en cire, et il faut passer à travers... C'est dégoutant, je suis tout poisseux et gluant maintenant... Je savais bien qu'Artie était un être tordu derrière ses airs de gentleman... J'arrivais néanmoins face à lui sans difficultés grave à ma stratégie très élaborée du "T.S.T.A.E.T.O.S.T.L.M" : le « Tu Spammes Tranche Air Et Tu One-Shot Tout Le Monde », dans le jargon des dresseurs. Cette technique très efficace fonctionna également très bien contre le champion qui s'avoua vaincu relativement rapidement, après que toutes ses tentatives de contrer ma stratégie avancée (esquives, abri, et baisses de vitesse, pokémons bénéficiant d'une grande défense) se virent soldées par un échec. Je récupérai donc mon 3e badge en faisant un pied de nez à Artis et en m'en allant joyeusement. Je n'avais plus rien à faire dans cette ville, et j'allais partir immédiatement, à ma grande satisfaction. Ah. C'était sans compter l'état de saleté déplorable dans lequel m'avait mis cette arène. Dieu que la cire d'abeille sens mauvais... Satané Artie. On dirais que je vais devoir rester à Volucité pour cette nuit, histoire de prendre une chambre avec un bon bain à un hôtel. Les plus beaux hôtels de la région sont dans cette ville, autant en profiter. J'ai de l'argent après tout…